En détail

Choisir la ventilation d'une cuisine

Choisir la ventilation d'une cuisine

La cuisine est la pièce de la maison qui doit bénéficier de la meilleure ventilation, soumise par définition aux fumées, vapeurs, graisses… et risques de rejet de monoxyde de carbone si le gaz y a sa place.

Les obligations liées au gaz

Choisir la ventilation d'une cuisine dépend en premier lieu de son… aération. Une cuisine dotée de plusieurs fenêtres nécessitera logiquement moins d'équipements. Mais la ventilation dépend aussi du type de cuisinière installée et de la présence ou non d'un chauffe-eau à gaz. Question ventilation, il s'agit, en effet, plus de normes que de choix. Le gaz en bouteille implique une ventilation basse (débouchant sur l'extérieur) et une ventilation haute (arrivant de l'extérieur) ; le gaz de ville, une ventilation haute. Dans tous les cas, s'il y a absence d'ouverture à l'air libre, il est obligatoire d'installer un système d'évacuation de l'air vicié débouchant sur l'extérieur.

Indispensable hotte

Si ces conditions sont réunies ou si la cuisine est entièrement électrique, choisir la ventilation dépend de l'usage fait de la pièce. Le système le plus performant pour bien l'aérer, hors fenêtres, reste la hotte aspirante, qui peut soit être raccordée à une gaine de ventilation extérieure, soit fonctionner par recyclage de l'air.

Le complément VMC

Quant à la VMC, ou ventilation mécanique contrôlée, elle est tout bonnement obligatoire dans un logement neuf. Elle complète en outre idéalement la hotte, qui ne fonctionne pas en permanence. Dans une cuisine, on évitera la VMC simple flux auto-réglable, qui n'a pas d'action sur l'humidité. En revanche, une VMC simple flux hydroréglable peut suffire, à moins que l'on souhaite investir dans une VMC double flux, dont le coût varie tout de même entre 2000 € pour une construction neuve et 4000 € dans le cadre d'une rénovation.